Atelier « Boîte(s) à idée(s) »


Principe

Le champ bordé d’un côté par les social scientists et de l’autre côté les « acteurs » (sous-entendus : ceux qui « agissent ») est encore à moissonner. Tandis que les ateliers « valorisation » creusent un sillon thématique particulier autour d’un ou de plusieurs intervenants, les « boîtes à idées » tentent de faire germer quelques projets susceptibles d’être mis en pratique à court ou à moyen terme, avec l’appui d’Humanitudes.

Les séances s’apparentent à un forum d’échanges d’idées et de contacts entre participants. Elles sont conçues comme un espace d’expression de besoins, de créativité sortant des clous académiques et progressant vers une mise en oeuvre effective.

Voici le scenario type : chaque participant entre avec son parcours, ses talents, ses attentes et ses idées ; et en ressort dans l’idéal avec un projet – ou soyons modeste : le début d’une idée de projet réalisable en collaboration avec des partenaires provenant d’autres horizons mais partageant une même ambition.

Un concept à déterminer

Que se passe-t-il dans la « boîte » pour en arriver là ? Soyons honnête : le concept est à l’épreuve. Si l’exercice de la présentation thématique est relativement maîtrisé, le learning by doing collectif pour doctorants en SHS reste à inventer. Mais ne sommes-nous pas chercheurs ?

Il y a sans doute matière à baliser le chemin. Tout comme les doctorants de tous horizons sont un jour confrontés avec la question de l' »écriture », nous cherchons ici à dégager quelques axes transversaux, ordonnés autour d’une progression logique. Par exemple : l’étude de marché, trouver des partenaires, créer son activité, gérer un groupe, etc. Vos suggestions sont attendues et seront étudiées à la loupe.

Public

L’atelier s’adresse aux jeunes chercheurs en SHS, mais s’ouvre sur la participation de représentants extérieurs. De petits groupes sont privilégiés (25 places maximum) afin de favoriser l’interaction.

L’inscription est obligatoire et exige de présenter un projet / une recherche personnelle. Les participants sont encouragés à autoriser le partage des coordonnées entre eux.

Pour ces premières séances, nous nous adressons par ordre de priorité :

  • aux doctorants ayant participé aux séances de l' »atelier valorisation » d’Humanitudes ;
  • aux docteurs et doctorants du PRES héSam ;
  • aux docteurs et doctorants en SHS ;
  • aux jeunes chercheurs.

Séances

Les premières séances ont lieu aux deux dates suivantes de 18h à 20h au CNAM, (292, rue Saint-Martin, 3ème arrondissement, Métro ligne 4 : Réaumur-Sébastopol, Strasbourg Saint-Denis).

  • Le jeudi 5 avril (salle 21.2.28) : nous expérimenterons le cycle, tout d’abord en recensant les projets des participants et en proposant un état des ressources à notre disposition ;
  • le jeudi 3 mai (salle 30.-1.03) : la seconde séance portera sur le thème de l’entrepreneuriat. Attention : en raison d’un emploi du temps chargé, cette séance est annulée.

En cas d’intérêt manifeste, les séances pourront alors s’ouvrir sur un cycle complet / annuel de formation à l’entrepreunariat pour jeunes chercheurs.

En raison du nombre limité de places, nous vous remercions de vous inscrire en précisant le projet (plus ou moins avancé) que vous souhaitez mener.

Exemples

n°1

Au cours de la troisième séance de l’atelier valorisation – sur le thème de l’édition et de la publication -, un des intervenants explique qu’un groupe de doctorants s’est un jour retrouvé à proposer une revue d’histoire originale, a priori sans lendemain. Or le concept a fonctionné et s’écoule aujourd’hui en librairie.

Y a-t-il moyen de cultiver ces initiatives et de leur donner corps autrement que par le hasard des rencontres et une témérité bien tempérée ?

n°2

Un des participants à la seconde séance disposait de connaissances et d’expériences en matière de création d’entreprise. Vu le succès rencontré par ce thème, il suggère à Humanitudes d’ouvrir un cycle de formation à destination des doctorants. Humanitudes met à sa disposition son cadre, ses contacts et son expérience pour l’aboutissement de ce projet. Vous le retrouverez en un peu plus loin sur cette page…

C’est précisément l’intention des cocktails en fin de séance : après avoir appris et cogité, si l’on prolongeait par quelques idées concrètes ?

… à suivre

Notre constat : si nous, doctorant, disposons souvent de quelques pièces très fines et – des compétences en écriture, en informatique, en droit, en management, et/ou disposant de contacts institutionnels, etc. – l’individualité de l’exercice de la thèse nous empêche parfois de les combiner en un puzzle complet.

Sur quelle table un tant soit peu stable pouvons-nous commencer à poser les pièces les unes à côté des autres ?

Autrement dit : quel cadre pour une gestation réussie… ?

// //