Je vous le dis en « off »…


Atelier du 29 Avril 2013, dont vous trouverez l’enregistrement sonore sous ce lien (pour l’enregistrer : clic droit sur le lien, puis « enregistrer le lien sous »).

Pour un autre émission portant sur la radio, vous pouvez aussi visiter le compte-rendu de la séance avec Guillaume Erner (Service Public, sur France Inter).

Enjeux

Xavier Mauduit a connu un parcours universitaire classique en histoire, qu’il a conclu par l’Agrégation. Sa thèse, soutenue en 2012, et des charges d’enseignement effectuées en lycée, le préparaient à une carrière académique. Pourtant, on retrouve aujourd’hui le jeune docteur à jouer les trublions sur France Inter (DownTown, La touche de Collin et Mauduit) ou Arte (Personne ne bouge) avec son collègue et ami, Philippe Collin.

Quelles particularités révèle ce parcours ? Quelle place réserver au « discours sérieux » à une heure de grande écoute ? Quel regard notre invité porte-t-il sur le monde de la radio, sur ses relations à l’antenne avec d’autres chercheurs, ou encore sur la manière de faire vivre sa thèse, une fois soutenue ?

Réponses

Avec une touche humoristique, Xavier Mauduit est parfois assez critique vis-à-vis de chercheurs qu’il côtoie à l’antenne. « Devant un micro, l’intellectuel perd ses moyens, s’embrouille et se sent obligé de parler de façon compliquée pour paraître ultra-légitime. C’est « pitoyable », mais l’« effet diplôme » joue à plein : il faut l’écouter parce qu’il a raison ».

Malaisés mais pas inaccessibles, l’historien n’en démord pas, les écrits et discours sérieux, – comprenez « scientifiques » -, ont leur place dans les chaumières.

Pour répondre à ce défi radiophonique, les deux compères charpentent leur émission comme une traditionnelle dissertation en 3 parties. Manière de réinsuffler de la méthodologie universitaire là où on ne l’attend pas forcément. Simple, mais efficace : les auditeurs se retrouvent dans cette démarche logique, qui remplit parfaitement l’objectif pédagogique fixé. Ils iront plus loin en démystifiant à l’antenne du jargon de Sciences Humaines et Sociales, tel que « prosopographie » ou « syncrétisme ». L’ambition est de proposer dans les médias ce qui se fait devant des étudiants : un ton enlevé pour des propos rigoureux. « On peut dire n’importe quoi et en rire pourvu que le fond soit solide. Sinon, tout s’écroule en une seconde. On ne peut plus capter l’attention si on n’a pas le sérieux de tous les instants. »

Se retrouvant donc un peu par hasard aux commandes d’une émission de radio, c’est en se recentrant sur les acquis de son parcours doctoral –enseignement, rigueur scientifique, méthodologie- que Xavier Mauduit a pu consacrer un ton original et décalé pour vulgariser et diffuser des propos scientifiques à la radio.

Débats

Xavier Mauduit, s’est également attaché à présenter quelques « astuces », souvent négligées, voire ignorées, par les doctorants durant leur thèse.

La principale : apprendre à construire des réseaux ; bien utile pour publier, faire connaître ses recherches, ou encore bâtir son jury de thèse. Savoir envoyer des sms pour montrer que l’on suit l’actualité d’un confrère ou d’un contact, apprendre à « vendre » sa thèse en l’évoquant de manière simple et passionnée, prendre le temps de dédicacer un ouvrage présenté à des lecteurs/journalistes qui pourront contribuer à sa diffusion, sont autant de réflexes à acquérir pour se distinguer.

Les médias sont dans l’efficacité et l’urgence quand le docteur prend des gants et travaille dans le temps long. Et c’est sur ces micro-détails que peuvent se jouer les bonnes relations entre deux univers qui ne se comprennent pas toujours parfaitement.

À vous !

Nous cherchons à améliorer la qualité et la pertinence de nos événements. Faites-nous part de vos retours, par commentaire ci-dessous et en répondant à ce sondage. Vous pouvez aussi nous adresser un mail à cette adresse. Merci ! 

La séance "Je vous le dis en off" a été :

Loading ... Loading ...

// //