J’emballe ma thèse


Atelier du 15 Mars 2012, dont vous trouverez l’enregistrement sonore sous ce lien.

Enjeux

La séance « J’emballe ma thèse » proposait de rencontrer Charlotte Othman, éditrice aux Presses de l’Université Paris Sorbonne (PUPS) et Quention Schoëvaërt, libraire et responsable du département sciences et sciences humaines de la librairie indépendante Atout-Livre (Paris, XIIè) autour de la question de la publication de la thèse.
Proposant ce jeudi de revenir au sens « littéral » de l’expression « valorisation de la thèse », il s’agissait durant cette séance d’observer le processus de publication d’une œuvre scientifique : de la présentation d’un manuscrit à l’éditeur jusqu’à sa mise en vitrine en librairie.

Que peut devenir ce « mémoire », qui représente plusieurs années de travail doctoral, une fois la soutenance de thèse passée ?
Comment « vendre » sa thèse ?

Réponses

Après que chaque intervenant a présenté son parcours, Master II en édition puis emplois dans diverses maisons d’édition pour Charlotte Othman, et parcours universitaire en Histoire et en Philosophie pour Quentin Schoëvaërt, chacun est ensuite revenu sur l’étape du processus de publication dans laquelle il intervient.

Aux PUPS, les manuscrits –entendre ici les thèses déjà « allégées »- sont proposés aux éditeurs sur recommandation de professeurs d’université. Si le manuscrit est accepté par un comité scientifique et par l’éditeur, s’engage alors une relation de travail de plusieurs mois entre ce dernier et le jeune docteur. Style, travail de coupe sur les passages trop académiques –intro, notes de bas de page, etc.- personnification du sujet –on passe du «nous » au « je »- sont les premiers efforts auxquels doit consentir le docteur. Le rôle de l’éditeur ne s’arrête pas à ce travail de réécriture, puisqu’il s’engage ensuite dans un accompagnement durable du nouvel auteur dans la diffusion et la publicité de son ouvrage.
De son côté, le libraire reconnaît la difficulté d’être toujours au fait de l’actualité scientifique face à un public plus compétent que lui. Accepter de vendre un livre issu d’une thèse c’est partager un risque avec l’éditeur. Il lui revient donc de connaître le catalogue de l’éditeur, de prendre connaissance du sommaire du livre et d’un synopsis complet afin que le nouvel ouvrage trouve sa place parmi l’offre générale de la librairie.

Nos deux intervenants nous ont rappelé que la vente d’une thèse est largement conditionnée par son rapport à l’actualité : soit parce qu’elle répond plus ou moins directement à une problématique du moment, soit parce qu’elle propose la mise en perspective d’un sujet dans une conjoncture précise. En bref, il s’agit de montrer en quoi un sujet fait sens actuellement.

Le lectorat destinataire d’un tel ouvrage est un public scientifique et un public non-académique très informé. Ainsi, l’auteur doit avoir a cœur de sortir de l’entre-soi.
Pour se faire il est invité, en amont, à s’interroger sur ce qu’il veut faire de sa thèse, durant sa phase de rédaction. Et en aval, à participer à de nouvelles formes de partage des savoirs, à travers notamment des rencontres scientifiques avec le grand public.

Débats

Dans une séance bien animée, les auditeurs sont revenus sur les pièges auxquels ils sont parfois confrontés dans leur démarche de diffusion de leur thèse. Des diffuseurs sont prêts à les publier en contrepartie d’une forte somme d’argent déboursée par le docteur. Aux yeux des deux intervenants du soir, ces pratiques ne peuvent en rien être définies comme de l’édition.

La question du rapport des thèses à l’actualité a également été soulevée, tandis que certains docteurs/doctorants insistent sur l’originalité de leurs travaux qui ne doit pas souffrir d’une « pression de la société. »

Enfin, a été rapidement discutée la question de la diffusion des thèses sur internet, nos intervenants revenant sur l’importance du partage des savoirs et la compatibilité de ce modèle avec l’édition papier d’un ouvrage, dans laquelle les PUPS sont à présent engagées.

À vous !

Nous cherchons à améliorer la qualité et la pertinence de nos événements. Faites-nous part de vos retours, par commentaire ci-dessous et en répondant à ce sondage. Vous pouvez aussi nous adresser un mail à cette adresse. Merci ! 

La séance "J'emballe ma thèse" a été :

Loading ... Loading ...

// //